Mot de passe oublié ? Cliquez-ici

Accueil > Actualité > Interview > Quentin Mosimann & Sheryfa Luna en interview
Interview
dimanche 03 avril 2011 19:00
659

Quentin Mosimann & Sheryfa Luna en interview

Ils ont créé la surprise en se rejoignant non pas pour un simple duo, mais un featuring électro : Quentin Mosimann aux platines et Sheryfa Luna devant le micro sur le titre "All Alone (In This World)". L'occasion pour eux de prendre un nouveau départ ensemble, et en solo, avec le label USM. L'occasion aussi de revenir sur leurs récents échecs motivés par des critiques exagérément virulentes. Rencontre avec ce couple de choc !


Première question pour toi (Sheryfa), comme tu peux t'en douter, c'est de savoir si tu vas mieux... (Jonathan Hamard, journaliste)
Sheryfa Luna : Oui, tout va très bien. Aujourd'hui, je prendrai soin de ma santé avant tout autre chose. Je suis prête pour repartir en promo, c'est pour cette raison que je suis devant toi aujourd'hui.

Devant moi, oui, mais différente je dirais. Tu augures un nouveau look qui n'est pas sans me rappeler celui de Rihanna dans le clip "Who's That Chick" en featuring de David Guetta.
S.L : Oui, tout change ! Je suis flattée de ta comparaison. L'inspiration vient évidemment de cette artiste qui est aujourd'hui incontournable. Elle est partout et devient une référence pour des millions de femmes à travers le monde.

En revanche, Quentin, tu ne ressembles pas véritablement à David Guetta. Par contre, tu es désormais comme lui, aux platines. Un retour aux sources ?
Quentin Mosimann : Je reprends effectivement une activité que j'ai commencé très jeune. A 15 ans, j'écrivais mes premiers titres électro, et deux ans plus tard j'étais déjà diffusé sur Fun Radio de manière illégale. J'en rigole maintenant mais c'est vrai que j'étais mineur lorsque j'ai signé mes contrats avec la SACEM en me faisant passer pour quelqu'un qui était déjà majeur. J'ai sorti quelques "prod" qui sont passées sur quelques radios. A l'époque, nous étions contents de ce petit peu. Entre temps, il y a eu l'émission, un album, un deuxième... et j'en reviens aujourd'hui à ma passion première qui est d'être DJ et de produire de la musique électronique.



Tu irais jusqu'à renier tes deux albums ?
Q.M : Non, absolument pas. Le premier album était déjà annonciateur de ce qui se passe aujourd'hui. Il comporte un côté jazz et un côté électro. La seule différence, c'est qu'aujourd'hui j'ai grandi et que je sais exactement ce que je veux.
« C'est lorsque je me suis retrouvé à Miami que j'ai compris ce que je recherchais. »
J'ai la conviction de mon art : je veux de l'électro, de la house et des clubs. Le déclic, c'est mon passage à l'étranger. C'est lorsque je me suis retrouvé à Miami, devant 5 000 personnes, que j'ai compris ce que je recherchais. Il y a un vrai paradoxe : c'est très agréable de se retrouver à l'Olympia, de partir en tournée. Sauf qu'à un moment donné, lorsque j'ai découvert la relation que je pouvais avoir lors d'une prestation devant ma table de mixage, j'ai découvert une toute autre chose. C'est totalement différent, sur scène, il faut se pousser dans ses retranchements pour partager quelque chose avec le public. Lors d'un set, c'est dès le premier titre que tu partages avec ton public. Et puis, ce n'est pas seulement deux heures de prestation : tu vis une nuit entière avec les mêmes personnes au rythme d'une musique commune.

Tu es en tournée jusqu'à cet été. Est ce que c'est envisageable que Sheryfa t'accompagne sur scène et dans les clubs ?
Q.M : Pourquoi pas !
S.L : Nous avons déjà des plateaux programmés ensemble. Après, le rejoindre sur scène et dans les clubs, ce n'est pas encore prévu. Mais je t'avoue que je ne suis pas du tout contre cette idée qui pourrait être sympa. Merci de ta très bonne idée, on y pensera.

Ce featuring est une vraie surprise. Personne ne s'y attendait. Comment l'idée est-elle née ? Quand la rencontre s'est-elle produite ?
Q.M : Tout s'est fait en l'espace de trois mois. Tout a été très rapide.
S.L : En réalité, on se connaissait depuis quelques années avec Quentin. L'idée vient du jeu "DJ Hero". Quentin était aux platines et moi je chantais. Nous avions trouvé le concept assez intéressant. Le soir, Quentin nous invite mon équipe et moi pour nous faire écouter ce qu'il préparait. Il avait déjà travaillé un morceau que j'ai tout de suite adoré. Je me suis dit qu'on pouvait enregistrer quelques voix à l'improviste. Le soir même, nous avions une première maquette que nous voulions présenter à notre label respectif.

Ce titre figurera sur un album ?
Q.M : Sur le prochain album de chacun de nous deux. On ne sait pas trop comment ça va se passer, à savoir lequel des deux publiera son album avant l'autre. Peut-être que Sheryfa trouvera les bonnes chansons avant moi. En ce qui me concerne, je pense que mon prochain disque ne sera pas là avant la fin de l'année, voire le début de l'année prochaine. Le milieu électro dans lequel j'évolue ne permet pas de véritablement prévoir la parution d'un album : en quelques mois, un titre peu devenir "old" et retomber aussi vite.

Écoutez "All Alone (est-ce qu'un jour)" de Quentin Mosimann feat. Sheryfa Luna :


On sait donc que ton prochain disque fera la part belle à l'électro. En revanche, qu'en est-il pour toi Sheryfa ? Ce nouveau single est-il annonciateur d'un virage artistique ?
S.L : Oui, totalement. Ce n'est pas du tout une parenthèse. Ce single annonce un virage artistique pour moi avec une tendance électro et dance. C'est comme une seconde vie : on l'appelle la "S2" : la "Sheryfa Luna 2". J'ai envie de changement, de produire quelque chose qui bouge un peu plus et qui contraste avec mes trois premiers albums. Bien sûr, on retrouvera l'influence urbaine qui m'est chère. Je me dirige vers quelque chose de positif et plus optimiste.

Est-il envisageable que toi, Quentin, tu collabores avec Sheryfa pour son prochain disque ?
Q.M : Oui, c'est même envisageable et envisagé. De là à te dire que je produirais le prochain album de Sheryfa... Ce serait bien sûr intéressant de poursuivre notre collaboration mais il faut également que Sheryfa aille se nourrir d'autres artistes, qu'elle découvre d'autres manière d'appréhender l'électro. Si je peux lui faire une ou deux chansons, ce serait avec grand plaisir.

« On peut faire un chouette bilan des artistes qui sont sortis de la télé-réalité. »
Autre point commun qui vous réunit : la télé-réalité. L'un vient de la "Star Academy", l'autre de "Pop Star". A l'heure de faire le bilan, puisque l'on fête les dix ans de la télé-réalité, quel serait le vôte ?
S.L : Le bilan est plutôt pas mal. On peut faire un chouette bilan des artistes qui sont sortis de la télé-réalité. Il y en a énormément : Nolwenn Leroy, Jenifer, Amel Bent. C'est un coup de pouce pour beaucoup de personnes qui bénéficient de cette belle expérience qui permet à des artistes de développer leur talent.
Q.M : C'est un tremplin exceptionnel pour nous. On se retrouve du jour au lendemain devant des millions de spectateurs. On va avoir l'opportunité de montrer notre travail et notre talent. Et ça, c'est quelque chose d'important pour un artiste. Je tire donc un excellent bilan de cette expérience. C'est pareil pour ceux qui n'ont pas cartonné. Même s'ils ne sont plus devant la caméra, ils font ce qu'ils aiment.
S.L : Il faut aussi différencier les émissions qui donnent à des personnes qui n'ont pas forcément de talent la chance de goûter au succès. Ils sont propulsés sur le devant de la scène parce qu'ils le voulaient. Mais leur succès est éphémère. Après, la chute est d'autant plus rude. C'est peut-être là le point négatif de la télé-réalité.



Et "X-Factor" : c'est le successeur de "Nouvelle Star". Mieux ou moins bien selon vous ?
Q.M : C'est une émission qui est vraiment bien parce que c'est authentique. Ce n'est pas de la télé-réalité. Même si c'est monté façon M6, on ne peut pas tricher. Ils pourront mettre tous les effets qu'ils veulent, quand le candidat chantera devant le public, c'est son talent qui sera évalué.
S.L : C'est effectivement un très bon exercice : c'est du live avec des musiciens. Chaque émission a ses défauts et ses qualités. Ce qui est bien pour "X-Factor", et qui était déjà le cas avec la "Star Academy", c'est que les candidats chantent en live. Ils ont répété et savent comment on travaille pour préparer un plateau TV. A "Pop Star", on répétait seulement. Nous étions directement confrontés à un jury et le public ne donnait pas son avis. C'était différent et nous manquions surement de l'expérience de la scène.

Je sens que tu as beaucoup plus de mal, toi, Quentin, à évoquer ton expérience de la télé-réalité, contrairement à Sheryfa.
Q.M : Je crois que c'est légitime dans le sens où "Pop Star" a une meilleure image que la "Star Academy". Je pense également que ce n'est pas un terrain sur lequel il faut aller.

Pourquoi ?
Q.M : Pour moi, c'était une excellente expérience. Mais il faut tout de même se rappeler qu'on était dans le salon des gens 24 heures sur 24. Il y a ce côté télé-réalité qui me rend aujourd'hui hermétique à ce genre de programme. Je ne renie pas pour autant cette expérience. Ce qui a fait aussi ma force, c'est que je n'ai pas critiqué l'émission par la suite. Maintenant, une nouvelle histoire commence et je n'ai plus envie de revenir là dessus. Ça fait deux ans que je vis autre chose : je me suis exporté à l'étranger.

« On pourra critiquer mon œuvre mais jamais l'entrain que j'y ai mis. »
Autant l'un que l'autre, votre dernier album n'a pas rencontré le succès escompté. Autre point commun qui vous relie : vous êtes autant adulés que critiqués. Il n'y a pas de demi-mesure en ce qui vous concerne. N'avez-vous pas peur que votre association soit l'objet d'une surenchère dans la critique ?
S.L : Je tiens tout d'abord à dire que je n'ai absolument pas été affectée par les critiques que j'ai pu lire me concernant. Je suis très fière de mon dernier album : j'ai beaucoup travaillé sur ce disque et je reste persuadée, en le réécoutant encore aujourd'hui, que c'est un très bon album. Ce qui s'est passé, c'est que je n'ai pas bénéficié d'aide médiatique comme pour mes deux précédents disques. Mais ce n'est pas grave : il y a eu tellement de critiques. Je sais qu'aujourd'hui le label USM me donne une nouvelle chance d'aller dans la direction où je voulais aller. Tout ça ne me pose pas de problème : je fais les choses avec le cœur. On pourra critiquer mon œuvre mais jamais l'entrain que j'y ai mis.
Q.M : Pour ma part, je ne lis pas les critiques. Je sais très bien ce qui se dit, mais je ne préfère pas le regarder. Je n'ai pas envie d'être affecté. En sortant de la "Star Academy", mon premier réflexe a été de lire les commentaires qui ont été écrits sur moi.
S.L : Sur Internet, les critiques sont infondées. Par exemple, tu vas voir quelqu'un écrire : « Je n'aime pas sa dernière chanson », et quelque va rétorquer : « Je ne l'aime pas parce qu'elle a eu un môme à 18 ans ». Je ne comprends pas pourquoi on parle de la vie privée des gens alors que ça n'a rien à voir avec la chanson. Du coup, tu n'as plus envie d'aller voir les commentaires sur Internet. Ce sont des gens qui n'ont pas de vie et qui passent leur temps à pourrir un artiste. Une fois qu'ils l'ont suffisamment pourri, ils s'en prennent à un autre. Là où la critique devient intéressante, c'est quand les médias donnent leur avis. Si on remarque un avis négatif une première fois, puis une deuxième etc... Là on peut se poser des questions parce qu'il y a de véritables arguments et une opinion sincère qui ne touche que l'œuvre et pas l'artiste. Les critiques doivent être là pour faire avancer. Si elles sont justifiées, je les lis avec attention car elles ne pourront que me servir pour me futurs projets.

« Ce sont des gens qui n'ont pas de vie et qui passent leur temps à pourrir un artiste. »
Q.M : Nous n’avons pas eu le soutien commun escompté par notre maison de disques sur nos précédents albums. Ce dont on se rend compte assez rapidement, c’est que dans l’industrie du disque, tout est question de business. Tout serait beau, tout serait rose : tu y croirais presque à un moment. Quand tu vends : tu es le meilleur. Si tu ne vends plus : on te dit au revoir, tu n’es plus mon ami. Je ne veux pas briser le rêve. Désormais, je me contrefous de tout çà : je ne fais plus ma musique pour le type qui va maquetter mon titre. Je ne parle plus des conditions de vente de mon titre mais des conditions artistiques de sa création. Le reste ne m’intéresse plus du tout. Après, si çà doit marcher tant mieux, il y a des gens qui sont là pour promouvoir le titre. Ils sont là pour ça et ils le font bien mieux que moi.



S.L : Je dirais pour ma part que je ne crois pas du tout au hasard. Je suis une personne très croyante. Je me dis que si demain tout doit s’arrêter, c’est que c’était écrit. J’estime que j’ai tout de même eu un beau parcours : j’ai sorti trois albums qui se sont quand même bien vendus. Le premier a été double-disque de platine, le deuxième disque de platine et le troisième disque d’or. Être disque d’or aujourd’hui, sans promo, je trouve que c’est quand même respectable contrairement à des artistes qui vont être massivement diffusés à la télévision et sur les radios. Pour moi, c’est une victoire : si le projet avait vraiment été nul, il n’aurait pas été disque d’or. Je me réconforte en me disant que si le projet avait été travaillé, il aurait eu davantage de succès. La vie et le temps nous dira ce qu’il se passera pour tous les deux. On continuera à faire notre travail avec le cœur.

« Je me dis que si tout doit s’arrêter demain, c’est que c’était écrit. »
Q.M : J’ajouterai aussi que d’être allé à l’étranger a été salvateur pour moi. En France, à force d’être critiqué, on se pose des questions. D’aller jouer sur d’autres scènes dans plusieurs des plus grands clubs du monde est aussi une forme de réconfort. On se dit qu’on peut être reconnu pour son travail ailleurs que dans notre pays. Le public ne triche pas : sans promo, j’ai réussi à remplir deux fois l’Olympia…
S.L : De nos jours, on ne peut plus se fier aux ventes de disques. Peut-être que j’ai vendu 50 000 disques, mais qui sait combien de fois il a été téléchargé de manière illégale. Peut-être qu’un million de personnes ont mon album en France. On peut être ultra populaire et ne pas vendre beaucoup de disques de manière « officielle ». Je m’en rends compte tous les jours : les gens aiment ce qu’on fait et nous encourage à continuer.
Q.M : A titre d’exemple, Martin Solveig fait partie des DJ les plus en vus depuis plusieurs années et ne doit pas vendre des milliers de disques en France. Pourtant, il est très demandé et très populaire. Tu peux aussi vendre énormément et disposer d’une très grande notoriété. Regarde Tryo par exemple. On ne les voit pas et ils vendent beaucoup de disques. C’est un paradoxe dont on pourrait parler encore des heures tant les exemples sont nombreux.

« J’ai eu l’intelligence d’aller chez USM qui est spécialisé dans l’électro. »
Pourquoi êtes-vous restés chez Universal alors ?
S.L : Alors attention ! Je suis née à Universal et, quoi qu’il arrive, j’y resterai. Je suis très bien chez eux. C’est une simple question de label. Je suis restée en bonne entente avec Mercury. C’est simplement que nous n’étions pas d’accord sur la tournure que les choses ont prises. J’ai eu l’intelligence d’aller chez USM qui est spécialisé dans l’électro. Ils croient vraiment en mon nouveau projet et sont très concentrés dessus. Je pense qu’on s’est retrouvé à Mercury au milieu de piles de projets comme celui de Jenifer ou Calogero. Et là, forcément, on n’était pas été prioritaire. On nous a fait passer après. Alors que chez USM, ils ont moins de projets en main, mais les traitent avec plus de soin. Là, on fait un vrai développement sur l’artiste. Le projet est plus réfléchi.
Q.M : Mercury, c’est plus de trente artistes très importants. Comment voulez-vous qu’une attachée de presse aille en radio pour présenter Rihanna, Justin Bieber, et parler de nous deux ensuite. C’est aussi compréhensible de voir qu’ils ne peuvent pas nous caser quelque part.
S.L : Nous sommes à l’aise, c’est familial. On travail de gaieté de cœur avec USM. Je trouve ça génial.

Et bientôt le clip…
Q.M :… avec beaucoup de choses inattendues.

Comme tout ce qui touche à cette rencontre finalement…
Q.M : Effectivement. C’est ça qui est beau dans ce projet.
la Redaction
Retrouvez toute l'actualité de Shryfa Luna sur son site internet officiel, et celle de Quentin Mosimann sur quentinmosimann.com.
Téléchargez le nouveau single de Quentin Mosimann et Sheryfa Luna.
Ajoutez un commentaire
Invité
le 03/04/2011, 21:39
Citer
Que de sincérité, de lucidité et d'intelligence dans toutes ces réponses. Une belle interview de la part de deux Artistes très jeunes mais très matures, bosseurs et réalistes, merci à tous les deux. Hâte de découvrir le clip de "All Alone".
Invité
le 03/04/2011, 22:07
Citer
Il y a un vrai paradoxe : c'est très agréable de se retrouver à l'Olympia, de partir en tournée. Sauf qu'à un moment donné, lorsque j'ai découvert la relation que je pouvais avoir lors d'une prestation devant ma table de mixage, j'ai découvert une toute autre chose. C'est totalement différent, sur scène, il faut se pousser dans ses retranchements pour partager quelque chose avec le public. Lors d'un set, c'est dès le premier titre que tu partages avec ton public. Et puis, ce n'est pas seulement deux heures de prestation : tu vis une nuit entière avec les mêmes personnes au rythme d'une musique commune.

Ce mec est un DJ, et il n'est pas fait pour autre chose, sinon il ne parlerait pas comme ça...
Je plains ses fans...
Invité
le 03/04/2011, 22:10
Citer
deux belles jeunes personnes , maturite ,intelligence , tres lucide sur le métier , tres bosseurs tout les deux , et ils savent gerer leur carriere !! et cela finira par payer pour tout les deux ,car ils sont authentiques !!!! c'est vrai ne nous fions pas au nombre de disques vendus , mais seulement à leur succes ! c'est vrai que pour Quentin ,pour l'instant le succes est plus à l'étranger ,beaucoup trop de préjugés en France ,mais pour tous les deux , la suite sera excellente !!! deux vrais artistes sinceres ,sympathiques et de grand talent . peut etre qu'enfin ils nous enchanterons à la télé !!!!! talent,gentillesse ,spontanéite ,lucidite,maturité ,deux belles personnes ,bonne chance à eux !!!!!!!!!!
Invité
le 03/04/2011, 22:24
Citer
Vous êtes vraiment des béni oui oui les Potes fans...

Affolant...
alba67
le 03/04/2011, 23:15
Citer
j'apprécie quentin j'espère que ça va durer pour lui
Invité
le 03/04/2011, 23:57
Citer
très belle interview de 2 personnes sincères ! ils savent ce qu'ils veulent et il y arriveront car ce sont 2 bosseurs et en plus ils ont du talent. ils sont dans un label qui va les y aider ! quentin et sherifa ont fait le meilleur choix pour eux ! c'est leur carrière ! ils méritent tous les 2 de réussir ! qu'importe les ventes pour l'intant pour elle comme pour lui ! pour quentin l'essentiel c'est que les clubs le suivent et c'est le cas , il va bientot aller mixer en russie et en norvège, de nouveaux horizons s'ouvrent à lui ! pour sherifa le changement de style lui ouvrira d'autres perspectives ! !!!
Invité
le 04/04/2011, 00:00
Citer
le clip sort dans 15 jours
Invité
le 04/04/2011, 00:14
Citer
Andréa92
ITW intélligente et 2 artistes matures, sincères et talentueux...
Bonne chance à tous les 2, ils le méritent amplement
Invité
le 04/04/2011, 00:29
Citer
de bonnes questions posées à deux jeunes talents en puissance;
je me demande pourquoi Quentin MOSIMANN est souvent attaqué voire matraqué
gratuitement par certains (jalousie je suppose car ce jeune homme aux multiples talents et au physique agréable plait visiblement aux femmes)
Invité
le 04/04/2011, 00:32
Citer
Je prédie une ascension fulgurante d'ici 5 ans environ à Quentin Mosimann en tant que DJ internationnal. A suivre ...
Invité
le 04/04/2011, 00:46
Citer
Je prédie une ascension fulgurante d'ici 5 ans environ à Quentin Mosimann en tant que DJ internationnal. A suivre ...

Je le vois bien comme ça aussi. C'est à l'étranger qu'il acquiérera sa notoriété, là où son image n'est pas troublée par une émission à double tranchant.
Invité
le 04/04/2011, 02:50
Citer
Je prédie une ascension fulgurante d'ici 5 ans environ à Quentin Mosimann en tant que DJ internationnal. A suivre ...

+1 il en prend le chemin
Invité
le 04/04/2011, 08:43
Citer
Ravie que Sherifa prenne un autre tournant musical , pour un 4ième album aprés un troisième métigé ,elle se devait de proposer autre chose . La comparaison avec Rihanna me séduit plutôt .
C'est une fille courageuse et bosseuse , je suis s^re qu'elle réussira à imposer son nouveau style .
Agréablement surprise par quentin Mosimann , Il sait où il va sans se faire l'impasse des difficultés . Finalement assez sympathique .

Bonne route à tous les deux . Je leur souhaite le succés .
Invité
le 04/04/2011, 09:47
Citer
Très déçue par la tournure artistique de Quentin!
Je suis fan du chanteur depuis le château,ne lui en déplaise,c'est en tant que chanteur qu'il a participé à cette émission...et non en tant que DJ
Bien sûr qu'à son âge,un artiste a le droit de changer et d'évoluer,de faire ce qui lui plaît,c'est SA carrière,mais là c'est un virage à 180°! et plus trace de concert solo dans un avenir immédiat en tout cas! Il est vrai aussi qu'il est difficile d'assumer les 2 dans un planning...
Du mal à comprendre ses propos sur l'Olympia,où la salle était debout du début à la fin,comme sur 1 dancefloor justement!
Le monde de la nuit est un monde éphémère,je lui souhaite d'y creuser son trou durablement,puisque c'est son choix
Invité
le 04/04/2011, 10:14
Citer
Quel gâchis de se résigner si vite ! Pour moi, c'est une erreur, n'en déplaise à certains, j'adhère pour les vraies valeurs, et je fais le constat qu'il s'en éloigne, tellement éphémère le monde de la nuit ....! Bonne route pour lui si c'est son choix mais sans moi je pense !

Ajoutez un commentaire

Vous aimez

... les spectacles du moment !

A ne pas rater

Nos dossiers incontournables !

  • Clips : qui a dit qu'ils étaient fidèles ? Clips : qui a dit qu'ils étaient fidèles ?
  • Elles ont chanté Serge Gainsbourg Elles ont chanté Serge Gainsbourg

Jeux concours

Jouez et gagnez des lots !

Charts in France

Copyright © 2002-2014 Webedia - Tous droits réservés

  • A propos de Pure Charts
  • Publicité
  • Envoyer une info à la rédaction
  • Courrier des lecteurs
  • Nous contacter
  • SACEM
  • SNEP