Mot de passe oublié ? Cliquez-ici

Accueil > Actualité > Interview > Michael Gregorio en interview
Interview
jeudi 13 mai 2010 00:00
10

Michael Gregorio en interview

L'artiste poursuit sa route avec son deuxième spectacle "Michael Gregorio pirate les chanteurs". Plébiscité par le public, il remplit les salles avec un show aussi étonnant que varié. Entre imitations d'une très grande palette d'artistes, chansons et humour, il confirme son talent, lequel prend toute sa dimension sur scène. De ses débuts à l'évolution de son spectacle en passant par ses collaborations, ses projets, son rapport à l'imitation et à la musique, Michael Gregorio répond sereinement à toutes les questions. Interview.
Bonjour Michael, tu as été repéré en 2001 en tant que "Graine d’imitateur" dans l’émission de Laurent Boyer. Que retiens-tu de cette expérience ? (Nikolas Lenoir, journaliste)
Michael Gregorio : J’en retiens que cela a été une bonne expérience. C’était à la fois ma première émission et ma première scène en tant qu’imitateur. Je n’ai jamais vraiment voulu devenir imitateur d’ailleurs, c’est venu par hasard. J’étais fan de groupes rock tels que Radiohead, Nirvana, Muse, Rage against the Machine… et j’avais naturellement tendance à les reprendre et à les imiter. Je faisais ensuite écouter des petits enregistrements à mes camarades de lycée, pas très loin de Verdun. Ils m’ont encouragé à continuer. J’ai ensuite eu l’occasion de faire l’émission "Graines de Star" sur M6 et j’ai eu la chance de gagner plusieurs fois. Je me disais que cela était vraiment sympa et j’ai commencé à faire des spectacles dans ma région. J’ai travaillé les voix et de spectacle en spectacle, de rencontre en rencontre, j’en ai fait mon métier.

Est-ce que cela a rapidement déterminé ton parcours d’artiste ?
« Cela n'a pas été un déclic, ce fut plutôt une première étape. »
Je n’avais aucune idée dans ce sens au départ donc cela n’a rien changé. J’avais seize ans et cela n’a pas été un déclic, ce fut plutôt une première étape. J’étais au lycée, j’ai ensuite fait des études de droit et comme j’étais très jeune, cela n’a pas forcément créé l’envie ou le désir d’en faire vraiment mon métier. J’ai simplement pris conscience que cela pouvait le devenir.

Tu as fait des études de droit mais tu as également pris des cours avec Armande Altaï. Comment cela s’est passé ?
J’ai en effet pris une dizaine de cours avec elle et cela m’a permis de faire évoluer ma technique de chant. Cependant, je ne peux pas me servir de ce qu’elle m’a appris dans l’imitation car pour cela, il n’y a pas vraiment de technique. Quand j’imite un chanteur, je chante certes avec ma voix mais sous la contrainte entre guillemets de me caler sur une voix, une façon de chanter qui est celle de l’artiste que j’imite.

Une rencontre qui a été décisive dans ta carrière est celle avec Laurent Ruquier. Comment t’a-t-il découvert ?
Laurent est venu à une présentation de spectacle que je faisais dans une petite salle à Paris. Cela lui a plu et on a commencé à travailler ensemble puis à produire le spectacle. Cela s’est fait très simplement.

Est-ce qu’il y a eu un déclic à son envie de produire tes spectacles ?
« J'ai monté moi-même mon équipe de musiciens et de techniciens. »
Cela s’est fait quelques mois après qu’il ait découvert ce que je faisais. Je n’avais pas de producteur, je n’écrivais pas tellement et il m’a proposé de m’aider, de me présenter des personnes... La chance que j’ai avec Laurent est qu’il me laisse maître du spectacle et maître de choisir les gens avec qui j’ai envie de travailler. J’ai ainsi monté moi-même mon équipe de musiciens, de techniciens et c’est une vraie chance.

Retrouvez quelques extraits du spectacle "Michael Gregorio pirate les chanteurs" :


L’éventail d’artistes que tu imites est très large, de Mylène Farmer à Luciano Pavarotti en passant par Jacques Brel, Vincent Delerm, Maria Callas, Calogero, Johnny Hallyday... Comment travailles-tu cette très grande diversité de voix ?
J’essaie d’écouter énormément les chanteurs, d’aller les voir en concerts, de m’imprégner de leurs voix… Je lis aussi les bios pour vraiment ressentir le personnage puis j’essaie de reproduire l’artiste. Il n’y a pas une technique d’imitation car chaque voix est différente.

Quand tu fais le choix d’imiter un artiste, es-tu plutôt attiré par la voix ou par le personnage ?
Les deux. Là encore, il n’y a pas de règles car avec le metteur en scène, on peut travailler sur un personnage ou sur une voix. Ce sont deux choses qui peuvent parfois être très différentes.

Dans ce spectacle "Michael Gregorio pirate les chanteurs", tu deviens Petit Corps Valide lorsque tu imites Grand Corps Malade. Est-ce un artiste que tu affectionnes particulièrement ?
Oui et c’est un clin d’œil plus qu’une imitation.

Tu as assuré les premières parties de Céline Dion lors de sa dernière tournée européenne. Qu’en retiens-tu ?
« Cette douzaine de dates avec Céline Dion a vraiment été extraordinaire. »
C’était énorme et une superbe belle aventure. Son équipe est à l’image de Céline Dion. Ce sont des gens généreux et ils m’ont accueilli comme si je faisais partie de son spectacle. J’ai vraiment eu de bons contacts avec ses musiciens, ses techniciens et bien que je ne les ai pas recroisés depuis, j’en garde de très bons souvenirs. Cette douzaine de dates avec Céline Dion a vraiment été extraordinaire.

Avez-vous chanté tous les deux ?
Non. Je ne me suis pas permis.

Lors d’une émission sur France 2, tu as chanté avec Joe Cocker. Qu’as-tu ressenti face à ce grand monsieur de la Chanson ?
C’était totalement improvisé. En fait, je devais juste l’imiter en face à face et j’étais déjà mort de trac. L’animateur propose ensuite à Joe Cocker s’il veut bien chanter avec moi sur mon titre préféré qui est "You’re So Beautiful". Il a accepté, il a pris le micro naturellement et on a chanté ensemble sur une minute trente. C’est un très beau souvenir et c’était même assez surréaliste en fait.

Tu participes au concept "Autour de la guitare" mené par Jean-Félix Lalanne. Est-ce le signe que tu es au moins aussi intéressé par la chanson que par l’imitation ?
Jean-Félix est aussi une très belle rencontre. Il est venu me voir à L’Européen qui est une salle à Paris que j’aime beaucoup et dans laquelle j’ai passé trois mois. Je faisais mon truc à la guitare, il ne me connaissait pas et il est venu découvrir. Il m’a proposé d’intégrer "Autour de la guitare". J’imitais la guitare électrique mais je le faisais tout seul, sans me mesurer à un autre guitariste. Il m’a lancé cette idée de battle que j’avais depuis longtemps en tête sans oser la faire. C’est une forme de questions/réponses avec une guitare normale et une guitare vocale entre guillemets. Nous nous appelons régulièrement, on travaille sur différents projets et dès que l’on peut s’inviter sur un évènement, on le fait. C’est un musicien extraordinaire, il a une grâce et un son incroyables. C’est aussi une belle personne. Il est généreux, simple, humble, qui a de bonnes valeurs et c’est toujours un honneur de jouer avec lui. Il fait partie des grands musiciens que l’on a en France.

Je pense également à une autre rencontre dans ta carrière et il s’agit de Florence Foresti. Lorsque vous êtes sur scène ensemble, on ressent une belle complicité. Quel regard portes-tu sur son parcours ?
« Florence Foresti fait partie des humoristes rock star. »
Je trouve que Florence Foresti fait partie des humoristes rock star. Pour moi, ce terme désigne ces gens qui ont le même charisme que nos idoles. C’est une comédienne incroyable, une humoriste incroyable, elle a un sens de la scène qui est très puissant… Cela faisait longtemps que l’on avait pas eu une telle personnalité. J’ai beaucoup de respect pour son parcours, pour sa générosité… Florence est vraiment une belle rencontre et une personne que j’apprécie beaucoup.

Quand on regarde ton parcours et tes collaborations, on a le sentiment que tu es sur trois formes d’expression, l’imitation, le chant et l’humour. Est-ce qu’il y en a une vers laquelle tu es plus particulièrement intéressé ou vers laquelle tu souhaites davantage te rapprocher ?
Je viens plutôt de la musique et du théâtre et c’est qui m’intéressait au départ. Je connaissais l’humour mais pas tellement l’imitation. Je me sens très à l’aise dans la musique mais sur scène, je ne suis pas chanteur, je ne vais pas chanter mes propres chansons. Je suis donc un peu entre ces trois disciplines entre guillemets. Le but de ce spectacle est de faire un spectacle de divertissement où les gens vont passer un bon moment, sans se prendre la tête, avec pour prétextes les imitations et la musique.

Retrouvez Michael Gregorio pour un duo Paul McCartney/Ray Charles sur "Yesterday" :


Est-ce que tu aimerais un jour avoir tes propres chansons ?
« Je n’utiliserais pas les mêmes réseaux pour faire entendre ma musique. »
Peut-être que cela existe déjà, peut-être que je n’ai pas envie de le faire avec mon nom… En fait, ce que je fais comme musique est beaucoup trop loin de ce que je fais sur scène. Je n’utiliserais pas les mêmes réseaux pour faire entendre ma musique si un jour, éventuellement, je la diffuse.

Envisagerais-tu dans ce cas de faire comme Maxim Nucci par exemple qui est devenu le personnage de Yodelice pour apporter un autre univers ?
C’est encore différent car il était déjà identifié comme chanteur et musicien à la base. Si je le fais, je le ferai dans le cadre d’un groupe, d’un projet et sous un pseudo. Ce n’est pas dit que je le fasse un jour car c’est une démarche totalement différente. C’est finalement bien de se cacher derrière quelque chose. Chanter ses propres chansons est une autre perspective.

Est-ce que tu écris, composes ?
Oui, j’écris et je compose. C’est quelque chose d’assez personnel que je faisais avant de faire de l’imitation et que je continuerai de faire quoi qu’il arrive. Je le fais pour le plaisir, je n’ai pas vraiment d’ambition avec ce projet. Je préfère ne pas dire jamais car peut-être qu’un jour, je le ferai et je serais ridicule d’avoir dit le contraire. En tout cas, j’écoute énormément de musique, ça m’accompagne et c’est vraiment une grande passion.

En 2009, tu remportes le Prix Salvador. Quelle a été ta réaction ?
« J'étais super content et fier d'avoir le Prix Salvador. »
J’étais super content et fier d’avoir le Prix Salvador. C’était la première édition d’ailleurs et les internautes votaient pour la révélation. Ils l’ont refait cette année mais ils ont un peu changé le mode d’attribution. Le Prix est décerné grâce au Festival de Saint-Gervais et à Catherine Salvador, l’épouse d’Henri Salvador.

Tu es né à Mulhouse et tu as vécu à Pau et en Lorraine, du côté de Verdun comme tu l’évoquais tout à l’heure. Est-ce que tu trouves qu’il est plus difficile de percer quand on vient de la province ?
C’est possible car on a moins accès à la culture, aux médias et aux contacts. Après, il y a beaucoup d’artistes qui viennent de la province et il y a même très peu de vrais Parisiens en fait.

Quel regard portes-tu sur ton ascension ?
« La notoriété n'est pas mon moteur. »
Je n’ai pas l’impression que cela a été rapide ou que ce soit une ascension démesurée. Cela me semble progressif et j’ai beaucoup de recul sur ce qui se passe. La notoriété n’est pas mon moteur. C’est le fait de partager des choses avec le public, de m’amuser avec mon équipe, de voir que les salles sont remplies, d’avoir des projets intéressants… qui me fait avancer et me rend heureux.

Tu parles justement des salles dans lesquelles tu joues très souvent à guichets fermés, la tournée se passe très bien, tu vas de nouveau investir le Bataclan… Quel rapport as-tu avec le public ?
C’est un joli rapport. Plus qu’une médiatisation, de télés, de radios…, c’est surtout le bouche-à-oreille qui m’a aidé que ce soit à Paris ou en province. Cela a porté le spectacle et l'a fait grandir. Je suis souvent en tournées parce que c’est ce qui me plaît beaucoup et c’est très intéressant de rencontrer les gens, de voir des villes, de voyager dans de bonnes conditions avec une équipe que j’aime. En fait, il est vraiment là mon moteur, c’est cela qui me donne plus que tout l’envie d’avancer.

Ton deuxième spectacle s’appelle "Michael Gregorio pirate les chanteurs". Est-ce une touche d’ironie par rapport à l’industrie musicale ?
Oui, c’est juste pour le mot. On a choisi ce titre pour le spectacle car on y a réfléchi à un moment où les médias parlaient beaucoup de la Loi Hadopi. Comme j’imite les chanteurs, je les détourne en fait donc dans un sens, je les pirate.

As-tu des retours de la part des artistes que tu imites ?
Cela arrive et les retours sont toujours aimables. En même temps, cela ne peut que bien se passer car il y a souvent des caméras ou des micros. Ils sont entre guillemets un peu pris au piège. Ce serait donc encore plus intéressant de connaître leurs réactions s’ils n’étaient pas en public.

En 2009, tu as été le fil conducteur entre guillemets de l’émission "Vos chanteurs préférés" et au cours de laquelle tu as participé à de nombreux duos. Est-ce une expérience que tu aimerais renouveler ?
C’était un concept assez original dans une émission de variétés et j’ai vraiment aimé y participer. Si on me redemande, je le referai volontiers car ce fut une aventure très sympa.

Quels sont tes projets ?
« Ce spectacle a toujours évolué au rythme de l’actualité, de mes envies… »
Il y a déjà le spectacle et la captation live ce 14 mai au Bataclan pour une sortie DVD en novembre normalement. Cet été, je pars deux semaines avec le metteur en scène afin de rajouter des nouveautés. Les gens qui auront vu le spectacle au Bataclan en décembre 2009 verront ainsi d’autres choses. Comme le précédent, ce spectacle a toujours évolué au rythme de l’actualité, de mes envies… C’est un spectacle qui est libre dans le sens où on le fait évoluer, où on laisse une part d’impro… Le fait d’être en live avec de très bons musiciens me permet de le faire vivre ainsi. En septembre, je ferai certainement une soirée "Juste Pour Rire" à l’Olympia. Je serai ensuite de retour au Bataclan du 20 octobre au 31 décembre. On parlait de Jean-Félix Lalanne et il prépare en fait les dix ans d'"Autour de la guitare". Il y aura très certainement une ou deux soirées dans une très belle salle à Paris. Je suis vraiment heureux d'y participer. Il y aussi d’autres projets qui se mettent en place.

Quel message aimerais-tu adresser au public ?
C’est une question pas évidente. Le message du spectacle est déjà de passer un bon moment, de venir se détendre, que tout le monde s’amuse et d’être ensemble pour une fête, un multi-concerts. J’essaie de faire passer le public dans une palette d’émotions, de moments très drôles à d’autres plus solennels, d’hommages même. Je pense que c’est sur scène que l’on découvre le mieux un spectacle donc j’espère qu’ils viendront me voir. C’est vrai pour tout le monde, il faut si possible voir les gens sur scène et ne pas se contenter des émissions de télévision et encore moins des vidéos prises par des portables et que l’on retrouve sur Internet. Un message qui m’est très important envers le public est merci, merci d’être là, de me soutenir et de faire vivre ce spectacle.

la Redaction
Pour en savoir plus et retrouver ses prochaines dates, visitez michaelgregorio.fr et retrouvez également son actualité en rejoignant sa page Facebook officielle
Ajoutez un commentaire
Invité
le 13/05/2010, 18:36
Citer
quel pistonné celui la
Invité
le 13/05/2010, 18:58
Citer
en + il ne vient de Chalons en Champagne dans la Marne, il raconte n'importe quoi!!
Invité
le 14/05/2010, 02:06
Citer
Non, Michael Grégorio n'est pas un pistonné !
Il a été découvert par Laurent RUQUIER mais où est le problème ?
Michael Grégorio a du succès et remplit ses salles parce qu'il a du talent !
Je reviens du Bataclan ; cet homme- là a du génie !
Invité
le 14/05/2010, 10:35
Citer
Non, Michael Grégorio n'est pas un pistonné !
Il a été découvert par Laurent RUQUIER mais où est le problème ?
Michael Grégorio a du succès et remplit ses salles parce qu'il a du talent !
Je reviens du Bataclan ; cet homme- là a du génie !


bien dit
Invité
le 14/05/2010, 15:00
Citer
Non, Michael Grégorio n'est pas un pistonné !
Il a été découvert par Laurent RUQUIER mais où est le problème ?
Michael Grégorio a du succès et remplit ses salles parce qu'il a du talent !
Je reviens du Bataclan ; cet homme- là a du génie !


bien dit


Je ne peut qu'affirmer. Je l'ai vu en premiere partie de c.dion à Arras, un tres bon moment! Si il repasse dans le Nord, j'irais surement le voir.
Invité
le 14/05/2010, 22:09
Citer
je suis scotchée quand il passe à la télé : il a un talent fou !!!! je ne manquerai pas d"aller l'applaudir
Invité
le 15/05/2010, 16:12
Citer
Jsuis de Chalons-en-Champagne, et Mickael n'a jamais dit qu'il venait de ma ville. Les premiers commentaires sont inutiles. Il y a une difference entre "pistonné" et "découvert".
imane111
le 17/05/2010, 18:24
Citer
J'adore.Trop fort !
Invité
le 17/05/2010, 20:48
Citer
Je vous confirme que Michaël Gregorio vient bien de Châlons en Champagne dans la Marne, le connaissant personnellement. Pour ce qui est de l'avis chacun à ce jugement personnellement je trouve qu'il est l'un des meilleurs imitateurs actuelles . Je l'ai vu en show, c'est vraiment incroyable !
Invité
le 29/10/2011, 23:04
Citer
Michael Grégorio est époustouflant, un grand artiste. A revoir dès que possible car il est extrêmement généreux et humble.

Ajoutez un commentaire

Vous aimez

... les spectacles du moment !

A ne pas rater

Nos dossiers incontournables !

  • Clips : le nouveau créneau des grandes marques Clips : le nouveau créneau des grandes marques
  • Ces artistes qui se mettent à nu pour leur disque Ces artistes qui se mettent à nu pour leur disque

Jeux concours

Jouez et gagnez des lots !

Charts in France

Copyright © 2002-2014 Webedia - Tous droits réservés

  • A propos de Pure Charts
  • Publicité
  • Envoyer une info à la rédaction
  • Courrier des lecteurs
  • Nous contacter
  • SACEM
  • SNEP