Mot de passe oublié ? Cliquez-ici

Accueil > Actualité > Interview > Beni Snassen en interview
Interview
mardi 18 mars 2008 00:00
4

Beni Snassen en interview

Le collectif Beni Snassen composé de Wallen, Bi'lin, NAP, Hamcho, Mattéo Falkone et Abd Al Malik, ce dernier élu "Artiste masculin de l'année" aux dernières Victoires de la Musique, a publié son premier album en début d'année. Nous venons d'en rencontrer quelques uns des membres, pour une interview exclusive.
Bonjour Beni Snassen ! Vous êtes nombreux, au chiffre de dix : Wallen, Bi'lin, NAP, Hamcho, Mattéo Falkone, Abd Al Malik... Charts in France vous salue tous ! (Thierry Cadet, rédacteur) :
Abd Al Malik : Bonjour à tous les internautes, d'autant plus que nous connaissons bien votre site, ils nous arrivent d'y aller de temps en temps.

Merci. Comment est née l'idée de ce collectif, Beni Snassen ?
Abd Al Malik : Je crois que le rap a connu beaucoup de succès individuels, et qu'il avait bien besoin à nouveau d'un succès collectif. Je dis bien, à nouveau, parce que c'était le cas dans les années 80 / 90, mais que suite au succès de ce mouvement urbain, les collectifs se sont dissous, les groupes aussi, afin que chacun puisse partir dans des plans de carrière en solo, alors qu'on oublie trop souvent que l'union fait la force... C'est toujours pareil, à partir du moment où un mouvement cultutel se confronte à l'industrie, il y a un glissement qui peut se produire ; c'est le choc entre l'art et l'industrie, le formatage. Depuis la sortie de mon premier album "Gibraltar", j'avais envie aussi, grâce au succès de ce dernier, mais aussi au succès de Wallen (ndlr : la compagne d'Abd Al Malik à la scène comme à la ville, avec il s'est marié), de revenir à la création en commun. L'art est un miroir de l'humanité, et peu importe la forme, pourvu qu'il procure de l'émotion. Je n'ai jamais ôté cette idée de ma tête.

Pourquoi avoir choisi le nom d'un territoire montagneux marocain ?

Abd Al Malik : Parce que ces groupes constituant la confédération tribale des Beni Snassen, dans l'oriental marocain, défendaient la veuve et l'orphelin, prônaient des valeurs chevaleresques et fraternelles. Sous le protectorat, les Français baptisèrent même un char et un bataillon du nom de Beni Snassen durant la Seconde Guerre Mondiale.
Wallen : Ce territoire montagneux qui accueille depuis des siècles des tribus bien distinctes revendiquant pourtant leur unité, n'hésitent pas à exprimer leur désaccord leur résistance, mais toujours avec respect, honneur et bravoure.

En quoi vous reconnaissez-vous dans ses valeurs ?

Warda : Simplement parce que Beni Snassen est une aventure humaine. A la base nous sommes tous amis et solidaires, avec de vrais valeurs, celles-ci justement.
Mattéo Falkone : C'était symbolique. Il faut comprendre que le combat ne doit pas se faire de manière passive. Notre philosophie est de fédérer des ondes positives, ensemble. Avancer dans le bon sens et faire valoir des philosophies.
Abd Al Malik : Le rap est souvent décrié... avec Beni Snassen, nous avons voulu avoir un autre message, un message de paix. Uniquement. Et lui redonner ses lettres de noblesse.

Quelles sont les influences musicales de chacun au sein de Beni Snassen ?
Wallen : Dans les grandes lignes, NTM, Iam, le son US de 50 Cent, Eminem...

Etes-vous satisfaits de l'accueil de l'album depuis sa sortie en bacs en janvier dernier (ndlr : entré 36ème, il est aujourd'hui sorti du Top 200) ?
Abd Al Malik : Tu sais, le temps a prouvé qu'une place au Top ne signifiait pas grand chose parce qu'un album a une vie relativement longue. Regarde les succès de Renan Luce ou d'Amy Winehouse, ils n'ont pas été immédiats, il a fallu du temps. Par contre, nous sommes pleinement satisfait de l'accueil des médias qui nous donnent la parole et diffuse le single, et son clip.

Justement, parlez-nous du premier extrait de l'album, "Spleen et idéal", pourquoi ce choix ?
Warda : Parce qu'il nous semblait que c'était le morceau qui représentait le mieux l'album, simplement.
Abd Al Malik : Chaque morceau produit par Bilal est un univers nouveau sur lequel chaque artiste exprime le sien, entre spleen et idéal.

Et comment mettez-vous en pratique l'idéal au sein de votre collectif ? N'y-a-t-il jamais aucun clash ?
Abd Al Malik : Justement c'est toute la philosophie de Beni Snassen. Les différents existent, bien sûr, mais il faut savoir rester à l'écoute, avoir du respect les uns avec les autres, car c'est de cette manière que les choses avancent et évoluent. Certainement pas dans le conflit frontal. Les clash sont donc posés sur la table et discutés, analysés, sans violence, et avec respect des idées de l'autre. Le véritable fléau de notre pays est la peur. On a peur des autres, de ce qui est différent, alors qu'on pourrait au contraire partager, s'unir, se mêler... Beni Snassen est dans cette démarche là justement. On a tous notre pierre à l'édifice à amener. On est responsable de soit, mais aussi des autres, il ne faut jamais l'oublier. Beni Snassen est une machine à espoir ; rêver seul c'est rêver, mais rêver à plusieurs, c'est le début de l'avenir.

Votre album a été réalisé, mixé et arrangé par Renaud Létang, plutôt habitué à la variété, de Feist à Gonzales, en passant par Katerine...
Wallen : Ce qui est bien la preuve que purisme et ouverture font très bon ménage lorsqu'ils se mettent au seul service de la qualité artistique.

Vous étiez en concert au Zénith de Paris en janvier dernier, y'a-t-il d'autres salles de prévues à l'avenir ?
Wallen : Oui, le 23 novembre prochain, toujours au Zénith. Et Beni Snassen est aussi parrain de l'opération lancée par Keolis, pour découvrir de nouveaux talents. Les candidats peuvent déposer leurs compositions originales, jusqu'au 23 mars, sur le site keolis-letremplin.com.

Abd Al Malik, on va te retrouver sur l'édition française du prochain album de Moby, "Last Night", pour un duo, comment as-tu été amené à participer à ce projet ?

Abd Al Malik : Déjà, c'est un honneur pour moi, parce que c'est Moby lui même qui m'a choisi. C'est tout, comment aurais-je pu refuser ? (sourire) C'est un mec adorable et je suis satisfait du résultat. Une belle expérience.

Abd Al Malik a été élu aux dernières Victoires de la Musique "Artiste masculin de l'année", ressentez-vous l'effet de cette distinction au niveau de l'accueil de Beni Snassen ?

Wallen : C'est à dire que dernièrement Abd Al Malik a été très occupé et sollicité par les journalistes, mais c'est tout (sourire). Nous sommes plus que ravis pour lui.
Mattéo Falkone : L'effet du succès d'Abd Al Malik aux Victoires de la Musique n'a pas eu lieu parce que je crois que les gens n'associent pas forcément encore Abd Al Malik et Beni Snassen.
Abd Al Malik : Ce qui n'est pas plus mal d'ailleurs, car Beni Snassen est un collectif. Mes projets parallèles et personnels, c'est autre chose.

Et le fait d'avoir été récompensé par la très convoitée Victoire de la Musique "Artiste masculin de l'année" au début du mois, alors que ton album "Gibraltar" est sorti en bacs en 2006...

Abd Al Malik : Un peu étrange oui, sachant que j'avais déjà reçu pour ce disque celle de l'"Album de musiques urbaines" l'an dernier... ce sont les surprises de ce métier. Mais cela dit, l'album "Gibraltar" a obtenu son meilleur accueil au Top des ventes l'an dernier (ndlr : il vient de réentrer cette semaine à la 97ème place, après avoir, il est vrai, obtenu la 13ème place pour meilleur classement en mars 2007, il y a donc un an). J'en suis ravi évidemment. Ce trophée revient aussi à toute mon équipe, et à Beni Snassen.

Et concernant les projets de chacun sur votre label à Fabien et à toi Abd Al Malik ?
Abd Al Malik : Mattéo Falkone travaille avec Bilal des N.A.P, et sortira son album à la fin du mois, Hamcho prépare aussi son projet solo pour cette année. Idem pour les N.A.P au grand complet d'ailleurs, dont je fais partie, en mai.
Warda : Quand à ma soeur et moi, au sein de Bil'in, notre album sortira en septembre prochain.
Wallen : Tout comme mon troisième opus, en septembre, mais signé chez Polydor et non pas sur Gibraltar...

Merci à tous !
Tous : Merci à toi et à Charts in France !

Pour écouter et/ou télécharger le premier album de Beni Snassen, cliquez sur ce lien.
Pour réserver vos places de concert, cliquez sur ce lien.
Découvrez le clip du premier single, "Spleen et idéal" :
la Redaction
Ajoutez un commentaire
Invité
le 19/03/2008, 08:55
Citer
Wallen est la femme d'Abd Al Malik.

Deux trés bons artistes donc ce collectif semble intéressant.
Invité
le 19/03/2008, 10:23
Citer
Super titre que "Spleen et idéal", très planant. Bravo !
Invité
le 26/03/2008, 17:22
Citer
Une très belle chanson. Autant au niveau des paroles qu'au niveau musical
Invité
le 07/08/2008, 01:25
Citer
Je croyais que Wallen était la femme de Jean-Pierre Foucault. Ca m'avait surpris car elle l'aurait connu par Annie Pujol. Il nous arrive...

Ajoutez un commentaire

Vous aimez

... les spectacles du moment !

A ne pas rater

Nos dossiers incontournables !

  • Que devient... Faudel ? Que devient... Faudel ?
  • Que devient... David Charvet ? Que devient... David Charvet ?

Jeux concours

Jouez et gagnez des lots !

Charts in France

Copyright © 2002-2014 Webedia - Tous droits réservés

  • A propos de Pure Charts
  • Publicité
  • Envoyer une info à la rédaction
  • Courrier des lecteurs
  • Nous contacter
  • SACEM
  • SNEP