Mot de passe oublié ? Cliquez-ici

Accueil > Actualité > Nous y étions > Actualité de Queen > Queen + Adam Lambert au Zénith de Paris : OUI, Freddie Mercury serait fier
Nous y étions
mardi 27 janvier 2015 16:14

Queen + Adam Lambert au Zénith de Paris : OUI, Freddie Mercury serait fier

Hier soir, le Zénith de Paris accueillait dans son enceinte des légendes du rock'n'roll et de la pop : Queen. 25 ans après la mort de Freddie Mercury, les plus grands tubes du groupe britannique, de "We Will Rock You" à "Bohemian Rhapsody", ont résonné à travers la voix du chanteur américain Adam Lambert. Verdict !
Crédits photo : Abaca
Pour beaucoup, et surtout les fans de la première heure, le scepticisme était de mise. Sur scène, Queen n'aura jamais la même saveur sans Freddie Mercury, son chanteur et emblématique leader emporté le 21 novembre 1991 par le sida. C'est une vérité absolue. Brian May et Roger Taylor, les deux membres restants du quatuor originel, doivent-ils pour autant cesser d'entretenir la flamme ? Non. L'ultime testament et requête de Freddie Mercury à son public aura rarement pris autant de sens qu'hier soir : The show must go on.

Dans un Zénith de Paris presque complet, chauffé à blanc, le groupe de légende débarque avec panache au son des guitares rugissantes de "One Vision" pour donner le ton. Pas de réinterprétation au programme, les chansons proposées ce soir s'inscriront dans la plus pure lignée des tubes ancrés dans la mémoire collective. Seule nouveauté ? La présence sur scène d'Adam Lambert, chanteur américain découvert dans "American Idol" en 2009. Vêtu d'une veste en cuir cloutée d'or, lunettes de soleil vissées sur les yeux, le "remplaçant" de Freddie Mercury se jette dans la fosse aux lions sans filet. Sans crainte, aussi. Éclaircissons tout de suite le mystère : le jeune artiste offrira ce soir un show dantesque, avec un talent rare qui éclaboussera le visage de tous les spectateurs présents dans la salle, et qui aurait rendu fier Freddie Mercury.


Don't stop him now


Derrière son charisme magnétique, Adam Lambert est un interprète intelligent. Il ne verse ni dans la copie ni dans la caricature. Il est lui-même fougueux et extravagant. Sur "Another One Bites the Dust" ou "Fat Bottomed Girls", il étincelle, cabotine, joue les effarouchés, danse, fait la moue, remue des fesses, du bassin, use et abuse d'un sex-appeal torride et animal. Au moment d'interpréter "Killer Queen", il se jette sur un boudoir victorien et multiplie les poses lascives. Une rockstar qui assume à fond son côté queer et qui ne prétend nullement faire oublier son illustre prédécesseur. « Vous aimez Freddie Mercury ? Parce que moi aussi je l'aime et si je suis ici ce soir, c'est grâce à lui » affirme-t-il, le temps d'un échange à coeur ouvert. De fan à fans.

La démonstration vocale, puisque c'est aussi là que passe inévitablement la comparaison, force l'admiration. Capable d'envolées spectaculaires, Adam Lambert reprend les chansons les plus emblématiques du groupe avec une aisance frisant l'indécence. Le chanteur se métamorphose aussi bien sur des morceaux purement rock'n'roll ("Tie Your Mother Down") que sur des ballades. Un silence de plomb s'abat la salle lorsque, d'un souffle, il entonne "Who Wants to Live Forever"... Tout simplement vertigineux !

Regardez Queen et Adam Lambert interpréter "Somebody To Love" à "X Factor" :



A king of magic


Bien sûr, si la performance d'Adam Lambert est si bien mise en valeur, c'est parce que le travail fourni derrière lui par Brian May et Roger Taylor - et le reste des musiciens - est aux petits oignons. A 67 ans et 65 ans, le guitariste et le batteur font mentir ceux qui les disent moins percutants ! Il y a quelque chose de très vivifiant à voir ces deux monstres sacrés se démener sur leurs instruments avec une passion intacte et un plaisir non feint... notamment lors de solos ébouriffants.

On soulignera d'ailleurs les très bons choix artistiques opérés par les deux Britanniques, autant dans la mise en scène flamboyante (le rideau d'ouverture, la boulette à facettes, les images d'archives) que dans la setlist - éclectique. Le show fait office de véritable piqûre de rappel sur l'incroyable diversité musicale de Queen. Soucieux d'offrir un bel hommage à son ami disparu, le groupe a fait courir des frissons dans toute la salle le temps de deux duos virtuels. En acoustique sur "Love of my life", Brian May a été rejoint en toute fin de morceau par la figure de pixels de Freddie Mercury avant que ce dernier ne partage, à partir d'images live, "Bohemian Rhapsody" avec Adam Lambert. Pas besoin d'en dire plus sur l'émotion procurée par ces deux moments.

Alors oui, il y aura toujours des puristes réfractaires et bornés pour affirmer que Freddie Mercury « se retourne dans sa tombe ». Mais ceux-ci perdront de vue ce qui fait l'essence même de Queen : un catalogue de chansons sur lequel le temps n'a pas d'emprise, et qui touche à l'universalité.


Setlist du concert de Queen au Zénith de Paris


1. One Vision
2. Stone Cold Crazy
3. Another One Bites the Dust
4. Fat Bottomed Girls
5. In the Lap of the Gods... Revisited
6. Seven Seas of Rhye
7. Killer Queen
8. I Want to Break Free
9. Somebody to Love
10. Plaisir d'Amour
11. Love of My Life
12. '39
13. A Kind of Magic
14. Drum Battle
15. Under Pressure
16. Save Me
17. Who Wants to Live Forever
18. Last Horizon
19. Guitar Solo
20. Tie Your Mother Down
21. I Want It All
22. Radio Ga Ga
23. Crazy Little Thing Called Love
24. The Show Must Go On
25. Bohemian Rhapsody

Rappel :
26. We Will Rock You
27. We Are the Champions
Yohann RUELLE
> Retrouvez Queen sur son site officiel et sa page Facebook officielle.
Ecoutez et/ou téléchargez la discographie de Queen sur Pure Charts.
Dans l'actu musicale
Clips & vidéos de Queen :

Vous aimez

... les spectacles du moment !

A ne pas rater

Nos dossiers incontournables !

  • Clips : qui a dit qu'ils étaient fidèles ? Clips : qui a dit qu'ils étaient fidèles ?
  • Que devient... le "bébé" de Nirvana ? Que devient... le "bébé" de Nirvana ?

Jeux concours

Jouez et gagnez des lots !

Charts in France

Copyright © 2002-2020 Webedia - Tous droits réservés