Mot de passe oublié ? Cliquez-ici

Accueil > Actualité > C'est dit ! > Actualité de Madonna > Madonna : caprices, rencontre... Le producteur Mirwais raconte leur collaboration
C'est dit !
mardi 20 octobre 2020 17:13

Madonna : caprices, rencontre... Le producteur Mirwais raconte leur collaboration

Mirwais retrace sa rencontre et sa collaboration fructueuse avec Madonna sur les albums "Confessions On A Dancefloor" ou "Madame X" dans un entretien accordé à "Libération". Et le producteur français le confirme : la reine de la pop est une "diva" perfectionniste !
Crédits photo : YouTube / Clip de "God Control"
De sa découverte de la musique électronique à la fin des années 70 avec Kraftwerk à son aventure fructueuse mais mouvementée au sein de Taxi Girl, Mirwais aura mené un parcours atypique et semé d'embûches. Après une traversée du désert suivant la dissolution du groupe derrière le tube "Cherchez le garçon" en 1985, le producteur français s'est réinventé en porte-étendard de la french touch à l'international en 1998 avec "Disco Science" puis "Naive Song", énorme tube des années 2000. C'est à époque, à l'aube du millénaire, que son chemin croise la route de Madonna. Dans un portrait pour Libération, Mirwais retrace sa rencontre décisive avec la superstar, initiée par sa volonté de pénétrer sur le marché américain. « Je cherchais une distribution pour "Disco Science" et mon ami le photographe Stéphane Sednaoui a passé le morceau au manager de Madonna qui le lui a fait écouter. Elle a adoré et elle lui a dit : "C'est ça que je veux pour mon prochain album". On a fait un test pour voir si cela pouvait fonctionner entre nous car elle essaie beaucoup de producteurs avant de se décider. Air, par exemple, ça ne l'a pas fait avec eux » explique le musicien, qui finira par poser sa patte sur les albums mythiques "Music" (2000), "American Life" (2003) et "Confessions On A Dancefloor" (2005) mais aussi sur "Die Another Day", générique de James Bond composé en 2002 pour le film "Meurs un autre jour".

"Elle pourrait mourir pour un son"


L'an dernier, à l'occasion de la sortie de l'album "Madame X" qui marquait leurs retrouvailles tant attendues, Madonna qualifiait Mirwais de « vrai penseur à la fois philosophique et intellectuel ». « Il adore se disputer et débattre. Cela provoque des idées, ce qui est assez rare de nos jours (...) Tout ce que Mirwais et moi faisons ensemble finit toujours par devenir politique » expliquait l'icône, évoquant entre les lignes les titres "Dark Ballet" ou "God Control", pamphlet contre les armes à feu sur fond de disco. Selon le producteur français, leur travail est « une collaboration à 50-50 ». « Nous partageons le même extrémisme de la musique. Elle pourrait mourir pour un son. Elle est très impatiente, il faut que ça aille vite en studio, ce qui peut avoir l'effet de paralyser ses producteurs. Jusqu'au bout, elle te prend la tête. Il faut savoir la driver » raconte le compositeur, qui ne prend guère de gants avec la star. Et cette dernière le lui rend bien : « Je me souviens, pendant la session d'"American Life", le travail s'éternisait sur un titre, et elle m'a demandé : "Mais pourquoi c'est si long d'être cool ?" Je lui ai répondu : "Parce que c'est très rapide d'être uncool !" Elle s'est marrée. Il y a beaucoup d'humour entre nous ».

"Elle me cassait les pieds"


Travailler avec la reine de la pop en personne, un personnage perfectionniste qui possède des idées bien arrêtées et un sens du caprice légendaire, n'est évidemment pas de tout repos. Perçu « comme un fou » par Madonna, Mirwais la considère comme « une soeur un peu dingue » : « Je ne pourrais pas vivre dans son entourage, c'est une diva, mais je la soutiens à 100% parce qu'elle est unique. Je suis parti pendant l'enregistrement de "Confessions on a Dancefloor" parce qu'elle me cassait les pieds ! ». Des échanges houleux qui n'ont pas altéré leur envie de créer ensemble, comme en témoigne leur association sur "Madame X" : « Avec son dernier disque, je trouve qu'elle reprend la main. On ne s'était pas revus depuis douze ans, elle habite au Portugal, elle adore Cesaria Evora, et elle m'a demandé si je n'avais pas envie d'essayer de composer quelque chose dans ce goût-là. On a fait des tests et on s'est embarqués dans cet album, qu'on a ensuite ouvert à des morceaux club ».


Avoir son nom apposé à celui de Madonna a donné un coup de fouet à la carrière de Mirwais. Si les sollicitations ont été nombreuses, avec des enjeux financiers importants à la clé, le producteur a préféré suivre son instinct. « J'ai voué ma vie à la musique, je fais partie d'une génération où on écrit un morceau à deux ou trois maximum. Quand je travaille avec Madonna, la plupart des tracks, c'est juste nous deux. Et puis, quand tu travailles avec la Madonna de 2000, avoir une telle liberté avec la plus grande star de l'époque, pourquoi aller faire Britney Spears entourée de douze managers qui te prennent la tête ? » analyse-t-il avec le recul, gardant les « trente-neuf ans de galère » qu'il a connus dans un coin de la tête : « En 1992, je vivais avec 5 francs par jour et cela a duré dix ans. Donc à partir du moment où je gagne suffisamment d'argent pour m'extraire des problèmes matériels, cela me suffit. Je ne fais pas partie de ces gens qui veulent toujours plus de gloire et d'argent ».

Yohann RUELLE
Retrouvez l'actualité de Madonna sur son site internet officiel et sa page Facebook.
Écoutez et/ou téléchargez l'album "Madame X" de Madonna sur Pure Charts.
Dans l'actu musicale
Clips & vidéos de Madonna :

Vous aimez

... les spectacles du moment !

A ne pas rater

Nos dossiers incontournables !

  • Pseudonymes : de GaGa à Maé, quels sont leurs vrais noms ? Pseudonymes : de GaGa à Maé, quels sont leurs vrais noms ?
  • Ces stars US qui ne vendent pas si bien en France Ces stars US qui ne vendent pas si bien en France

Jeux concours

Jouez et gagnez des lots !

Charts in France

Copyright © 2002-2020 Webedia - Tous droits réservés