Mot de passe oublié ? Cliquez-ici

Accueil > Actualité > C'est dit ! > Actualité de Larusso > Larusso boycottée à cause de "Tu m'oublieras" : "Je l'ai payé très cher"
C'est dit !
dimanche 10 janvier 2021 10:35

Larusso boycottée à cause de "Tu m'oublieras" : "Je l'ai payé très cher"

Le tube "Tu m'oublieras" résonne encore et toujours dans le coeur des Français. Il a pourtant valu à Larusso, sacrée grange gagnante de "Mask Singer" saison 2, un boycott de la part des maisons de disques comme elle l'explique sur Sud Radio. "Certaines personnes ont fait barrage" affirme la chanteuse.
Crédits photo : Bestimage
Le Manchot, c'était elle ! Le 28 novembre dernier, Larusso remportait la deuxième saison de "Mask Singer" après avoir impressionné semaine après semaine les enquêteurs et les téléspectateurs avec ses reprises vertigineuses de "Dance Monkey", "It's Not Unusual", "J'irai où tu iras", "Shallow" ou "Tous les cris les SOS". L'opportunité pour le public de redécouvrir la voix puissante de celle qui faisait chanter et danser la France entière en 1999 avec son tube "Tu m'oublieras". Une chanson resté 12 semaines en tête des ventes et écoulé à 1,2 million d'exemplaires qui a fait basculer le destin de Larusso mais dont l'incroyable succès n'a pas été sans conséquence sur sa carrière. C'est ce que révèle la chanteuse dans une interview accordée dans l'émission "Loft Music" sur Sud Radio en début de semaine. « Je pense que je paye assez chèrement mon "Tu m'oublieras". Je le paye très cher (...) J'en ai pris dans la tronche » a-t-elle confié, après avoir écouté un medley de ses chansons et analysé sa traversée du désert dans les années 2000.

"Ma tête ne leur revenait pas"


Pour Larusso, « si on te diffuse ou ne te diffuse pas, ça change toute la donne ». Et le phénomène "Tu m'oublieras" a enfermé l'artiste dans un personnage médiatisé qui, d'après elle, lui a porté préjudice. « Ce ne sont absolument pas les gens et le public, ça n’a rien à voir. Moi, je parle des médias. Je pense qu'il y a eu une overdose de la part des médias à cause de "Tu m'oublieras". Certaines personnes de ce métier en ont eu un peu ras-le-bol. Ma tête ne leur revenait pas, j'en sais rien… Je les ai peut-être un peu trop soulés à l'époque et il y a certaines personnes qui ont fait barrage, qui ont fait des blocages, clairement » a-t-elle analysé, estimant avoir été boycottée par les programmateurs puis les maisons de disques après la retombée de l'effervescence. Si son single après "Tu m'oublieras", "On ne s'aimera plus jamais", avait rencontré un beau succès, l'échec de son deuxième album "Larusso" en 2001 l'a fait prendre ses distances avec le métier. Neuf années séparent ainsi ce disque de son successeur "My Box", paru en 2010.


Et Larusso l'affirme, la façon dont elle a traité par gens du métier est monnaie courante. « Je ne suis pas la seule. Il faut arrêter de raconter des fables aux gens et être un petit peu honnête. Il y en a qui ont eu des délits de sale gueule : "C’est untel ? Je n’ai même pas envie d’écouter, ça me saoule !" On a le droit à ça, parfois. C’est triste » estime aujourd'hui la chanteuse. Malgré ses désillusions, Larusso assure porter toujours "Tu m'oublieras" dans son coeur. « Personnellement je vais très bien et "Tu m’oublieras", c’est ma colonne vertébrale, mon air, mon oxygène. Il y a des gens qui rêveraient que je dise que ça me saoule de chanter "Tu m’oublieras" mais pas du tout. Je suis en transe, quand je chante "Tu m'oublieras" » a-t-elle ajouté, heureuse de voir que son titre culte continue de traverser les générations : « C'est mon lien avec les gens (...) Peu importe les chiffres, la plus belle récompense c'est de voir que cette chanson fait du bien ».

Yohann RUELLE
Dans l'actu musicale
Clips & vidéos de Larusso :

Vous aimez

... les spectacles du moment !

A ne pas rater

Nos dossiers incontournables !

  • Que devient... Ricky Martin ? Que devient... Ricky Martin ?
  • Que devient... Ophélie Winter ? Que devient... Ophélie Winter ?

Jeux concours

Jouez et gagnez des lots !

Charts in France

Copyright © 2002-2020 Webedia - Tous droits réservés