Mot de passe oublié ? Cliquez-ici

Accueil > Artistes > Pop, Rock > Katy Perry > Chronique de l'album "Teenage Dream"

Katy Perry

Teenage Dream

Katy Elisabeth Hudson est née il y a 26 ans dans une famille de pasteurs évangélistes à Santa Barbara en Californie. Dans la famille Hudson, on ne chante pas de la pop dans les karaokés du coin mais du gospel à l’église. On est sage, poli, et surtout on ne se fait pas remarquer. C’est dans cette ambiance « La petite maison dans la prairie » que va grandir Katy Elisabeth. Poussée malgré tout par une vocation artistique, elle quitte l’école à 17 ans et signe avec le label Red Hill Records, et commercialise un album de... musique chrétienne sous le nom de Katy Hudson en 2001. Prise d’une révélation cathodique et craignant qu’on ne la confonde avec l’actrice hollywoodienne Kate Hudson, elle change de patronyme, pour devenir Katy Perry.
Jolie, mais pas assez pour tout miser dessus, un brin de voix agréable mais pas assez pour concurrencer les divas actuelles, sexy mais un peu bizarroïde. Voilà ce qu’est Katy Perry. Qu’à cela ne tienne son côté « girl next door » va devenir son fonds de commerce. Premier essai, première réussite avec “One Of The Boys”, son premier album blockbuster paru chez Capitol / EMI avec cinq millions d’exemplaires (dont 175 000 en France).

Un tube offre à Katy de dominer les charts dans plus de vingt-cinq pays avec le phénomène pop culturel faussement lesbien : “I Kissed A Girl”. Le hit est trop facile pensent alors certains ? Elle réitère alors avec les hits “Hot N Cold”, “Thinking Of You” et “Waking Up In Vegas”. Elle vend alors plus de vingt-deux millions de titres sur le marché digital et celui de la téléphonie mobile. Au sommet de sa récente gloire et alors qu’elle pourrait se satisfaire de continuer dans la même veine, ses influences de Queen à Joni Mitchell en passant par Alanis Morissette se rappellent à elle. Elle s’ennuie et se sent à l’étroit dans son costume de pop star déjà façonné dans un répertoire qu’elle juge trop classique.

Des producteurs incontournables


« On n’échappe pas à ses origines, c’est impossible », explique Katy Perry. Au moment
d’élaborer “Teenage Dream”, son rafraichissant second opus, Katy est rentrée chez elle, à Santa Barbara. Là où tout le monde la connaissait avant qu’elle ne devienne une superstar. Pour réfléchir. Et surtout se remettre au travail. La belle va composer elle-même la plupart de ses textes. A la musique, l’équipe gagnante du premier album, entre autre les producteurs Max Martin et Dr Luke, collectionneurs de tubes mainstream.
Max Martin c’est l’un des producteurs incontournables de ce métier. C’est lui que l’on retrouve derrière les premiers succès d’Ace of Base, des Backstreet Boys ”Quit Playing Games (With My Heart)", "As Long As You Love Me", "Everybody". Mais aussi le "My life" de Bon Jovi. Il a beaucoup collaboré avec Pink également notamment sur "U + Ur Hand" et "Who Knew". Sans oublier qu’il est l’homme qui a façonné le son de Britney Spears depuis 1999. Dr Luke c’est l’homme derrière "Girlfriend" d'Avril Lavigne , qui a offert "I Kissed a Girl" à Katy Perry, "Right Round" à Flo Rida, le "Tik Tok" à Ke$ha ou encore "Party in the USA" à Miley Cyrus.

Un doux bonbon acidulé


8 mois de studios pour concocter “Teenage Dream”, un doux bonbon acidulé. C’est vraiment ce qu’est cet album : une jolie friandise qui coule dans les oreilles en chatouillant un peu au passage. Katy aime s’amuser et nous le montre. Côté image le crédo de la diva ou de la fille sexy sont déjà pris ? Pas grave, elle revient en soutif et perruque manga. Ca vous rappelle quelqu’un au passage ? Normal, la rockeuse peroxydée extravagante mais toujours soignée Gwen Stefani est le modèle absolu de Katy Perry.

Le premier extrait "California Gurls (feat. Snoop Dogg)" donne le ton de l’album : chaud, piquant et insolent. On est là dans une évolution de ton. L’inspiration pour ce titre ? C’est en regardant ses amis s’éclater lors d’une fête en écoutant “Empire State of Mind”, l’hommage de Jay-Z à la ville de New York. « Tout le monde était saoul et dansait avec son verre en l’air, et je me suis dit qu’on n’était pas à New York, mais en Californie. J’ai pensé à tous nos potes du coin, aux cocktails de fruits à base de gin, aux palmiers qui se balancent dans le vent, et à la peau que le soleil embrasse constamment. J’ai voulu proposer ma version, que tous les gens qui entendent cette chanson aient envie de prendre un billet d’avion pour la Californie sur le champ ! »
Bingo ! Le titre se place numéro 1 des titres les plus téléchargés sur iTunes aux États-Unis, au Canada, en Australie et en Nouvelle-Zélande en moins d'une semaine, sans promotion et sans clip. Avec ce single, elle réussit pour la seconde fois à se placer E. T.te du Billboard américain, après "I Kissed A Girl", et ce, pendant six semaines.

Visionnez le clip "California Gurls" feat. Snoop Dogg de Katy Perry :


Le titre "Teenage Dream" qui donne son nom à l’album est un polaroid d’un instant parfait. Le clip retranscrit à a perfection ces moments innocemment importants de notre « teenage époque ». Le track est suffisamment frais pour avoir envie de presser sur repeat pour une seconde écoute. Mon titre favori car sans prétention ni fioritures. Le bon titre pop à passer en soirée.

Visionnez le clip de Katy Perry, "Teenage Dream" :


On trouve aussi des titres intimistes à l’image de "Not Like In Movies" où Katy Perry se demande pourquoi nos amours d’adultes ne sont pas comme dans les films que l’on regardait enfant. Sur "Who Am I Living For?", ("Pour qui est-ce que je vis ?") c’est un titre en forme de quête spirituelle : « Ça n'est jamais facile d'être choisie, jamais facile d'être appelée, de se tenir sur la ligne de front ». Un titre introspectif moins rock qui tends vers l’électro sans être froid pour autant.

La force de l'artiste, c'est une voix racée et reconnaissable, un style insolent mais pas impertinent, aguichant sans être agaçant. Alors bravo Katy chérie, cet album n’est certes pas révolutionnaire mais il réussit le pari de nous divertir !

« J’ai appelé ce disque "Teenage Dream" parce que j’ai l’impression que j’aspirerai toujours à être une pin-up de poster », explique Katy. « Je veux que les gens rêvent de moi tout le temps, jusqu’à ce que je sois vieille comme Liz Taylor. A ce moment-là, j’aurai disparu de vos rêves, mais je serai une diva ! »

A écouter en boucle : "Teenage Dream"
L’ovni : "Peacock" avec un phrasé à la Gwen Stefani
Le hit : "Firework"

Vous aimez

... les spectacles du moment !

A ne pas rater

Nos dossiers incontournables !

  • Quand les actrices porno jouissent de la musique Quand les actrices porno jouissent de la musique
  • Ces tubes que les stars ont refusés ! Ces tubes que les stars ont refusés !

Jeux concours

Jouez et gagnez des lots !

Charts in France

Copyright © 2002-2014 Webedia - Tous droits réservés

  • SACEM
  • SNEP