Mot de passe oublié ? Cliquez-ici

Accueil > Actualité > C'est dit ! > Actualité de Bubblies > "Candy Crush" : un groupe de rock toulousain attaqué en justice... pour son nom
C'est dit !
lundi 05 mai 2014 14:28

"Candy Crush" : un groupe de rock toulousain attaqué en justice... pour son nom

King, l'éditeur de la star des jeux mobiles "Candy Crush", est prêt à tout pour protéger ses poules aux oeufs d'or. La société britannique attaque en justice un groupe de rock originaire de Toulouse : les Bubblies. Le motif ? Leur nom de scène ressemble d'un peu trop près à celui d'un autre jeu social, "Bubble Witch Saga"...
Crédits photo : Facebook officiel
Mise à jour : Dans un communiqué transmis sur leur site officiel, les Bubblies annoncent le retrait de la plainte transmise à l'INPI par l'éditeur King.


Depuis l'avènement des jeux vidéos sur mobiles et réseaux sociaux, King roule sur l'or. Flairant le bon filon, l'entreprise britannique a été l'une des premières à se lancer sur le développement de logiciels à destination de Facebook. Bien lui en a pris : aujourd'hui, grâce au succès planétaire de "Candy Crush Saga" (500 millions de téléchargements), King est l'un des poids lourds de l'industrie vidéo ludique. Seulement, la société voit régulièrement sa réputation entachée par sa politique juridique agressive...


Les Bubblies dans le viseur


En effet, King s'est fait le spécialiste des procès pour plagiat, profitant de son influence pour monopoliser le marché. Afin de protéger sa marque "Candy Crush Saga", le studio King a déposé début février les termes "Candy", "Crush" et "Saga", et s'en prend depuis à tout un tas de développeurs indépendants, responsables, selon lui, de semer la « confusion » dans l'esprit des joueurs. Les autres jeux édités par King n'échappe à la règle. Sa dernière cible ? Un groupe de rock toulousain existant depuis 20 ans, baptisé les Bubblies.... Un nom considéré comme beaucoup trop proche de "Bubble Witch", autre roi des smartphones.

Visionnez le clip "'Funky Care" des Bubblies :



Le coeur du problème réside dans l'autre activité des musiciens, auteurs de petits jeux vidéo indépendants. Seulement, comme le clame le groupe sur sa page Facebook, leurs mini-jeux en ligne existent « depuis 2001 alors que King n'existe que depuis 2003 ». Selon un document rapporté par Numérama, les deux parties sont en négociations depuis le 14 juin 2013, date à laquelle King a lancé les poursuites contre le groupe. Faute d'accord, l'Institut national de la propriété industrielle (INPI) va devoir trancher. « Nous allons avoir besoin de vous tous et de vos réseaux d'ici quelque temps, pour ne pas laisser une fois de plus une grosse multinationale (valorisée à 7,5 milliards d'euros en bourse) s'essuyer les pieds sur un petit groupe de rock », peut-on lire sur la page du groupe, qui en appelle au soutien de ses fans : « Montrons tous ensembles à ces voleurs qui se croient tout permis que leur millions sont plus faibles que nos idées ». King n'a pas souhaité commenter l'affaire pour le moment.
Yohann RUELLE
Écoutez et/ou téléchargez les titres des Bubblies sur Pure Charts !

Vous aimez

... les spectacles du moment !

A ne pas rater

Nos dossiers incontournables !

  • Les morts qui gagnent le plus sont chanteurs Les morts qui gagnent le plus sont chanteurs
  • "Star Academy" 1 : que sont-ils devenus ? "Star Academy" 1 : que sont-ils devenus ?

Jeux concours

Jouez et gagnez des lots !

Charts in France

Copyright © 2002-2014 Webedia - Tous droits réservés

  • SACEM
  • SNEP